Poésie - page 6 de 6

Entre deux mondes

Éveillé, endormi, suspendu, en apesanteur

Secoué sur des eaux sans rivage

Dans un lit mauve, les pieds en haut, la tête ailleurs

Ballotté sur des eaux sans bagage

 

Dans une barque emplie de faux fous aux songes réels

Flotter sur l’eau sans but d’arrimage

Dans une réalité factice et irréelle

Avec plaisir, prolonger cette dérive

 

Vivre intensément ce temps avec des oiseux au cœur

Construire, éloigné des rives

Avec ardeur et instinct, croire et poignarder la peur

 

Manger la folie et marcher sur l’eau

Croquer les fantasmes de pluies colorées d’arcs-en-ciel

Mandaté capitaine des sots

Dans un lit mauve les pieds ancrés, la tête au ciel

 

Morsure de vide

Froidure couvre son intérieur de glace

Frissons et gelures envahissent sa peau

Givre fleurit, en fractale, sur ses deux pineaux

Repliée, de ses grands bras, elle s’enlace

 

Pensés de passé, de présent s’entrelacent

En un bouquet dansant de souvenirs gelés

Cet entortillement d’idées congelées

Œuvre à son futur stagnant et cyclique

 

Blanche figée, elle espère l’angélique

Dans ses yeux d’un gris métallique, le triste

Habillé de neige est un alarmiste

Qui s’égoutte au fond de son regard rouillé

S’en suit, des desseins sombres, au cœur verrouillé