Poésie - page 4 de 6

Soumission volontaire

Pouvoir, contrôle quand tu nous consumes
Subtile à la naissance, presque invisible
Oppressé tu sens les liens qui s’affirme
Tu y consens, pour demeurer aimable
 
Douce est la soumission au cœur amoureux
L’abandon nourrit un ardent feu de joie
L’enflammé docile se courbe bas par choix
En l’être, pour son futur, résident ses vœux
 
Le temps s’écoule les chaînes se durcissent
Ton être asservi,  se dépouille, se ploie
Elle diminue pour n’être qu’ombre de soi
L’amour meurt et disparait au fond des abysses
 

 

 
Morte l’essence, échappé la lumière
Dépourvue, pauvre, brisé ton atman se noie
En morceau gît ton âme sans foi, sur le sol froid
Retrouver le vrai de toi reste ta prière
 
Guérir, redevenir est un cadeau du temps
Qui tranquillement tisse de fils d’argent  
L’armature qui te portera vers ailleurs
Terminé! En un jour plus de peur, ni de pleurs
 
Maître en ton château, tu voyages libre
L’arôme sucré du miel sur tes lèvres
Délesté du passé, nu, ton corps neuf vibre
Passion brille aux yeux, tu vas revivre
 


En un nouveau sein chaud tes mains touchent le feu

Fièvre ardente qui s’anime de magie

Folie osée, domptée par tes tristes acquis

Pouvoir partagé entre deux unit mieux
 

 

© 2017  Jenny Ouellet