Les œuvres de mes premières années de création s’alimentaient de mon intime, mes tensions, mes tourments, mes deuils. Je créais pour guérir, et comprendre. Ma sensibilité et ma créativité s’éveillaient également aux peines secrètes des autres comme l’inceste, le viol, les sévices et les silences. Avec les années, ma démarche artistique a évolué, mais prend toujours racine dans mes émotions intérieures.

Lorsqu’une idée, un problème, une situation politique, sociale ou environnementale me touchent, je l’étudie,  l’analyse, la décortique  pour restituer sur la toile une synthèse de mes sentiments et de mes réflexions sur le sujet.  Mon espoir est que mes tableaux offrent une sorte de poèmes visuels ou une prose abstraite tissée d’émotions mariées à une figuration simple.

Avec les années la recherche plastique a pris de plus en plus de place dans mon travail. J’étudie la fragmentation de l’espace à l’aide de cache ce qui permet d’obtenir des zones contenant différentes épaisseurs de peinture et différents rendus picturaux (abstraction, figuration). Je privilégie l’utilisation de couleurs vives souvent non rompues. J’aime souligner, éclabousser ou dramatiser une image avec du rouge ou du bleu primaire quelquefois encore, j’aime rafraichir et même glacer avec le blanc pur. On peut observer dans mon travail, des formes géométriques des aplats, de la gestuelle, des grattages d’éléments figuratifs primitifs de différentes grandeurs et de simples lignes visibles ou partiellement visibles qui permettent des découvertes échelonnées dans le temps.

© 2017  Jenny Ouellet